DOSSIER NFF N°76 - avril 2006

Croire en Dieu ou non, être attaché à une échelle de valeurs, tenir à une philosophie de la vie, penser qu’il y a une vie après la mort, se faire une représentation de ce que devrait être la société et lutter pour qu’elle advienne, etc. : voilà des convictions. Elles animent une vie, mais elles peuvent aussi devenir encombrantes quand elles cherchent à s’imposer.

Dans notre société, les convictions n’ont pas nécessairement bonne réputation. Elles riment souvent avec intransigeance ou intolérance, quand ce n’est pas avec intégrisme et terrorisme. C’est sans doute une des raisons pour lesquelles il est de plus en plus fréquent d’entendre dire que le lieu des convictions est la sphère privée. Or, la famille est le premier lieu de la sphère privée. Quelle place ont donc les convictions dans les familles, qui sont désormais plus démocratiques, où la liberté et l’épanouissement de chacun sont des valeurs primordiales, comment s’y vit le rapport aux convictions ? Les parents font-ils encore état de ce qui les fait vivre ? Ou bien leur crainte d’imposer leurs idées entraîne-t-elle un grand silence sur leurs convictions ? A une époque où l’on regrette souvent que les jeunes manquent de repères, la question mérite d’être posée. Mais entre raidissements identitaires sur des convictions fortes et relativisme des valeurs, c’est un chemin de crête que doivent emprunter les familles.

 

Commander ce dossier


Ce dossier peut être commandé pour la somme de 10 € (+frais de port) aux éditions Feuilles Familiales

E-mail : info@couplesfamilles.be 

 

Sommaire

Introduction

Points de vue

Quand j’entends « convictions » « Convictions » : un mot qui évoque toutes les dérives qu’elles ont entraînées dans l’histoire : interdictions, spoliations, bannissements et exécutions. Joseph Bonmariage le rappelle et se réjouit que les citadelles se soient lézardées.

La couleur de nos jours Nos convictions ne viennent pas de nulle part. Marie-Pascale Verbrouck rappelle qu’elles doivent se réinventer chaque jour, dans la confrontation avec la société plurielle.

Ce Dieu qui est le mien A la question « Etes-vous croyant ? », il avait spontanément répondu « oui ». Mais que recouvre au fond cette affirmation. Jean Hinnekens propose une réflexion au départ de l’itinéraire d’un croyant.

Partager avec d’autres familles nos convictions Il est important de confronter nos convictions à celles des autres. Marie-Pascale Verbrouck rappelle qu’il est bon aussi de les épanouir avec d’autres qui les partagent.

Familles au pluriel

Familles : un nous et un pluriel ? Les familles d’aujourd’hui voient souvent les enfants prendre d’autres options que les parents. C’est souvent l’abandon d’une pratique religieuse, quelquefois la conversion à une autre tradition, mais parfois aussi des options que l’on réprouve. Michel Kesteman propose quelques pistes pour marier tous ces pluriels.

Deux mamans parlent de leurs convictions Anne et Aziza sont deux jeunes mamans issues de contextes culturels fort différents. Elles parlent des accords et des divergences que les convictions de chacun peuvent entraîner quant à l’éducation des enfants.

Les convictions : une histoire ! Les convictions ne sont pas des références à des principes fixes et rigides, mais les balises d’un itinéraire. C’est le concret du chemin de vie d’un couple que rapportent Jean Hinnekens, Danielle et Alain Letier-De Bie.

A se décourager d’être sorcier ! Les convictions et les valeurs ne se partagent pas seulement dans des conférences ou des colloques. Ainsi des contes qui éveillent notre imaginaire et dans lesquels nous nous reconnaissons, petits ou grands. Un conte écrit par Jean Hinnekens.

En société

Quand ils ont des points d’appui valables... Chacun doit se forger sa propre opinion. Mais pour se donner une armature, les jeunes ont besoin de rencontrer des éducateurs solides. Une réflexion de Philippe Béague.

Des enseignants neutres ? Depuis deux ans, les futurs enseignants doivent suivre un module de formation à la « neutralité ». Nous avons rencontré Bernadette Wiame, coordinatrice pédagogique du module mis en place à Louvain-la-Neuve.

L’importance de la conviction dans le débat démocratique C’est la reconnaissance des convictions et de leur diversité, dans un débat public argumenté, qui permettra de redonner un souffle à la construction de l’Europe. Une réflexion de Marc Lenders, pasteur de l’Eglise protestante des Pays-Bas.

De convictions acquises en convictions politiques Nous avons rencontré Clotilde Nyssens, Sénatrice et nous l’avons interrogée sur la transmission de convictions au double titre de femme politique et de mère de famille.

En guise de conclusion

Boite à outils